À 14h ce lundi, les 43 solitaires se lanceront pour l’ultime étape de la Solitaire URGO le Figaro. Au programme : 505 milles entre la pointe Finisterre, la Cornouailles anglaise et les falaises calcaires de Normandie. Une météo complexe et changeante rend cette 4e étape incertaine quant à son issue et passionnante à suivre ! Tous les regards seront braqués sur le duo Nicolas Lunven/Adrien Hardy, car les 24 minutes et 35 secondes qui les séparent paraitront peut être peu de chose au regard des nombreux chausse-trappes de l’étape : 24 premières heures nuit avec du vent faible et du courant, une traversée de la Manche au reaching dans un vent de 15/20 nœuds, un grand bord sous spi le long des côtes anglaises dans un vent incertain et une descente au reaching jusqu’à Dieppe… En position de chasseur, Adrien Hardy espère bien conclure en beauté et avec une victoire, une édition 2017 qui l’a déjà consacrée comme un des deux grands animateurs de la course !

Bien reposé et en confiance ce lundi matin, le skipper d’AGIR RECOUVREMENT expose les grandes lignes de cette 4e et dernière étape de la Solitaire URGO Le Figaro : « Nous allons vivre une étape qui peut générer des écarts conséquents. Nous allons partir avec très peu de vent. Les 24 premières heures vont être compliquées, difficiles et incertaines… Nous allons partir de la baie de la Forêt puis il faudra contourner et s’extirper de l’archipel des Glénans. Il y aura potentiellement des bulles sans vent, on pourrait même mouiller et reculer à cause du courant. Mardi soir nous devrions passer le Chenal du Four, et on pourra faire un premier bilan à ce moment-là. Cette première partie de parcours peut créer des écarts importants.

Lors de la traversée de la Manche au reaching, le vent d’est d’une quinzaine de nœuds tournera à l’ouest, il faudra bien se placer pour cette transition de bâbord à tribord amure. Après Wolf Rock, on longera les côtes anglaises sous spi dans 10 nœuds, bien qu’il y a une grande incertitude sur le vent. Cela devrait être un bord assez classique bien qu’il puisse y avoir des différences de trajectoires, car les coefficients de courant augmentent progressivement au fil de la semaine.

Les prévisions météo d’aujourd’hui seront fragiles à partir de mercredi, il faudra bien récupérer les bulletins météo et les analyser, car il restera alors deux jours de mer. Le jeudi nous traverserons à nouveau la Manche dans 20 nœuds au reaching.

C’est bien c’est une étape avec des opportunités pour être devant, il y aura des rebondissements ! Il faudra être excellent pour la gagner. Je vais m’appliquer sur tous les détails et tout mettre en œuvre pour que mon figaro aille vite et au bon endroit. L’objectif est de remporter l’étape et la victoire finale, si Nicolas termine 5 minutes derrière moi, j’aurais fait le maximum. Je ne regarde pas les concurrents de derrière, je suis déterminé pour terminer cette solitaire en beauté. »

Les routages annoncent une arrivée dans la journée de vendredi à Dieppe.